Médipôle Sud Santé et Médi-Partenaires se rapprochent pour former le n°2 de l’hospitalisation privée en France.

Médipôle Sud Santé et Médi-Partenaires se rapprochent pour former le n°2 de l’hospitalisation privée en France.
Une offre de soins complète et étendue à l’ensemble du territoire national

Médipôle Sud Santé et Médi-Partenaires se regroupent pour créer le second acteur de l’hospitalisation privée en France, avec un chiffre d’affaires cumulé d’environ 830 millions d’euros en 2013.

À l’issue de ce rapprochement, un consortium emmené par Marcel Hermann, l’équipe de management, Bridgepoint et ses co-investisseurs, reprendra 100% du capital de Médi-Partenaires dont les participations de LBO France et d’Equistone.

Le groupe nouvellement constitué disposera d’environ 6 300 lits et emploiera environ 8 500 salariés au sein de 60 structures de santé réparties sur l’ensemble du territoire national. Les 2 600 praticiens libéraux partenaires interviennent en permanence dans les établissements du groupe et prennent en charge, avec l’ensemble des équipes soignantes, près d’un million de patients par an.

Le rapprochement des groupes Médipôle Sud Santé et Médi-Partenaires consolide et renforce la capacité à:

● poursuivre le développement de projets médicaux adaptés pour répondre au mieux à leur rôle et leurs missions de service public et notamment :
● étendre l’offre de soins en région et par territoire de santé,
● garantir la permanence des soins avec l’ensemble du corps médical, des collaborateurs et des partenaires de santé,
● développer au quotidien la qualité de la prise en charge et la sécurité des soins délivrés aux patients,
● poursuivre l’accompagnement des projets de l’ensemble des spécialités médicales et chirurgicales contribuant à la renommée de leur pôles d’excellence ;
● continuer d’assurer les investissements dans le déploiement des meilleurs plateaux techniques médicaux et chirurgicaux au profit des patients.

Sous réserve de l’accord des Autorités de la concurrence, l’opération devrait être clôturée d’ici l’été.

Le groupe aura vocation à continuer son étroite collaboration avec les autorités de tutelles et notamment les Autorités régionales de santé (ARS) des régions dans lesquelles il intervient.