Développement Durable: numérique rime-t-il avec écologique? – MédiPôle Partenaires

0

Véritable moteur de notre économie, le numérique a permis d’optimiser à la fois nos échanges mais aussi nos activités. Mais avec quels impacts ? Car en même temps, cette économie du numérique génère des masses de données stockées dans des data centers, très énergivore !

La « face cachée de l’immatérialité »

L’économie du numérique est donc loin d’être écologique, toute action en lien avec le « Net » a un poids pour la planète… Chaque email envoyé, chaque page « surfée », chaque requête Web, chaque document téléchargé ou partagé se traduit en définitive par d’énormes émissions de CO2 !

Il existe des solutions simples comme :

  • Diminuer le nombre de recherche en créant une liste de favori
  • Utiliser des mots clés précis pour limiter le nombre de requête web
  • Taper directement l’URL si vous le connaissez
  • Utiliser des moteurs de recherche qui finance la plantation d’arbre par exemple
  • Eteindre son ordinateur
  • Mutualiser les lieux de stockage de données
  • Acheter du matériel éco conçu

Toutes ces actions permettront de diminuer la facture énergétique.

Regardez le petit guide de l’ADEME ici.

Et les mails alors…

L’envoi d’un courrier électronique, geste anodin en apparence, n’est pas sans impact sur l’environnement. Selon l’ADEME (l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), envoyer un e-mail avec une pièce jointe d’1 Mo, c’est 19 grammes de CO2 émis, soit une ampoule de 60 watts allumée pendant 25 minutes.

Le cabinet de conseil Carbone 4 a, quant à lui, calculé pour le compte d’Orange que, si chaque Français supprimait 50 mails, cela correspondrait à l’extinction de la tour Eiffel pendant 42 ans ou encore à 2,7 milliards d’ampoules basse consommation pendant une heure.

Pour les mails, des actions simples existent aussi :

  • Supprimer vos mails au fur et à mesure (boite de réception, d’envoi et même corbeille)
  • Diminuer le nombre de destinataire
  • Archiver les mails importants
  • Compresser les pièces jointes
  • Limiter les abonnements aux newsletters

Imaginez maintenant à l’échelle d’une société … pour une entreprise de 100 salariés, on estime que les envois de mails chaque année génèrent 13,6 tonnes de CO2, soit 13 allers-retours Paris-New York.

Et encore, on ne parle pas de l’impression des mails …

Bon à savoir : la boite mail « écolo »

Une start-up française, Newmanity, a décidé de s’attaquer à ce problème. Comment ? En lançant un service de messagerie qui respecte notre « vie privée » et la planète.

Qui n’a jamais reçu des publicités ou liens sponsorisés après une recherche sur internet ? Newmanity ne fait pas de fichage. Pour s’inscrire, un identifiant et un mail de secours suffisent (pas de nom, prénom ou date de naissance). En plus le site s’engage à ne pas lire les contenus échangés et à ne pas utiliser de « trackers comportementaux ».

Et l’environnement dans tout ça. Afin de diminuer son impact énergétique, Newmanity a installé au Pays Bas un data center « vert » (EvoSwitch) qui est alimenté uniquement avec des énergies renouvelables.

Pour finir, et avoir le statut de boite mail 100% verte, le restant d’émission carbone est compensé par la plantation d’arbre dans la région du Sine Saloum, au Sénégal.

N’hésitez pas à aller faire un tour sur le site Newmanity

Source :

http://www.elle.fr/Societe/News/Jeter-ses-mails-c-est-bon-pour-la-planete-3078412

http://www.terraeco.net/Une-boite-mail-ecolo-qui-protege,64065.html

http://ecologie.blog.lemonde.fr/2011/07/07/combien-de-co2-pesent-un-mail-une-requete-web-et-une-cle-usb/