L'éducation thérapeutique du patient: un accompagnement continu – MédiPôle Partenaires

0

Accompagnement et éducation thérapeutique: patients et soignants au coeur du dispositif pour une approche plurielle et coordonnée autour des maladies chroniques. Aujourd’hui, en France, 20 % de la population vit avec une maladie chronique. Dans un contexte de vieillissement de la population, ce chiffre va continuer à progresser. Le malade chronique doit continuer à vivre avec sa maladie. Celle-ci a des répercussions importantes sur sa vie quotidienne. Il doit nécessairement s’adapter à son état.

L’éducation thérapeutique (ETP) responsabilise et aide les patients à acquérir ou maintenir les compétences d’auto-soins et d’adaptation dont ils ont besoin pour gérer au mieux leur vie. Son objectif est de rendre le patient plus autonome par l’appropriation de nouveaux savoirs qui facilitent son adhésion aux traitements prescrits et améliorent sa qualité de vie.

Un processus continu pour une meilleure prise en charge du patient. Les cliniques de MédiPôle Partenaires prennent en charge ces pathologies en forte croissance : diabète, insuffisance rénale, insuffisance respiratoire, insuffisance cardiaque, pathologies cardio-vasculaires… Au-delà des soins et de la rééducation, elles mettent en place, à travers l’ETP notamment, une véritable démarche de prévention continue.

Prônée par les Agences Régionales de Santé et inscrite dans la loi HPST (Hôpital Patients Santé Territoire), l’ETP se révèle être aussi une véritable opportunité pour renforcer un état d’esprit collectif et transversal au sein des équipes soignantes.

Une approche différente du soin : alliance thérapeutique, écoute et motivation du patient. En portant ces valeurs, les équipes des cliniques favorisent une culture où patients et soignants sont au coeur du système de soins avec un transfert des compétences : • le patient est replacé au centre de sa maladie, dans sa globalité afin de mieux l’appréhender et de mieux en apprécier les risques, de savoir se surveiller et de se traiter efficacement. Sa participation est indispensable à la réussite du traitement et à la prévention de la survenue des complications ; • l’équipe soignante quitte son rôle éducatif strict pour s’inscrire dans celui de l’échange et de l’accompagnement participatif. Le programme se donne des objectifs dans le contrat éducatif qui doivent être observables et mesurables auprès du patient au travers de plusieurs dimensions : -Savoir (comprendre ma maladie et les traitements), -Savoir-faire (comment utiliser mes médicaments, me surveiller), -Savoir-être (comment m’adapter à mon nouvel état de santé) Nous connaissons un réel changement dans l’approche médicale du soin au patient, nos pratiques changent, nous sommes dans l’accompagnement thérapeutique de la maladie chronique. » L’objectif premier est de conforter chaque patient dans la prise en charge de sa pathologie et le soutenir dans son adhésion au processus de soin. Des entretiens individuels sont menés en début de programme afin de poser le diagnostic éducatif et de développer la prise en charge pluridisciplinaire avec tous les intervenants du programme (médecins, IDE, diététiciens, kinésithérapeutes, psychologues, aide-soignants…). Les équipes privilégient l’écoute du patient de manière à permettre un dialogue différent. davantage positifs pour le patient Et se rendent compte que le patient a une connaissance plus aigüe de son corps et arrive à mieux traduire les signaux que celui ci envoie »,

Les programmes interviennent avant les prises en charge les patients sont alors moins angoissés et plus sereins au moment de la prise en charge, les rapports sont ainsi facilités aussi bien pour les soignants que pour les patients, et le lien se créée avec l’équipe.

Acceptation de la maladie Des ateliers pédagogiques se déroulent collectivement avec des groupes restreints de patients, généralement de 6 à 12 personnes, qui expriment et partagent leur vécu sur la maladie constituant ainsi le socle et la richesse des échanges en séance. L’ensemble des coordonnateurs sont unanimes : les patients décrivent en effet volontiers un sentiment de libération de la parole, une reconnaissance et un partage de leur souffrance physique et psychologique, mais assurent aussi que la convivialité des échanges et l’effet des groupes provoquent une réassurance, un soulagement et un sentiment de confiance en soi et en l’avenir, sans négation de la pathologie mais dans son acceptation.

Pour certains établissements, les partenariats avec les associations de patients se développent : la FNAIR, le réseau Coeur et Santé,… au sein des ateliers collectifs.

Prévention Des associations avec lesquelles se déploient également les actions de prévention pour détecter la maladie à des stades plus précoces.

Très souvent, les patients sont pris en charge à un stade évolué de leur maladie. L’objectif est également de voir les patients plus en amont pour développer la prévention afin que la maladie évolue le moins possible »,

Éducation des familles Au sein du processus d’éducation, l’implication de l’entourage est tout aussi importante.

La maladie chronique est une maladie familiale. L’éducation des aidants et des personnes ressources est aussi un enjeu majeur, la famille s’implique également pour relever les défis reliés à la santé du patient ,

Évaluation Les équipes pluridisciplinaires se réunissent régulièrement afin d’évaluer la faisabilité du programme et d’envisager des corrections, d’évaluer l’activité globale du programme. Des données sont collectées auprès des patients, permettant d’évaluer l’évolution de la qualité de vie, la satisfaction de leurs attentes, leur assiduité au programme mais aussi d’orienter les choix pédagogiques des entretiens et des ateliers ultérieurs. Malgré les difficultés que peuvent rencontrer les équipes pour pérenniser les actions, elles maintiennent les formations, la supervision et les réunions d’équipes, les ateliers pédagogiques, les montages successifs de dossiers pour l’ARS, et consacrent beaucoup d’énergie à la recherche de financement. Les bénéfices patients sont indéniables et sont confirmés par l’ensemble des évaluations réalisées. La loi HPST place l’éducation thérapeutique du patient au centre des préoccupations des soignants au-delà de la maladie. La dimension humaine reprend toute sa place au milieu d’une technicité bien fondée. Les programmes contribuent ainsi au mieux être du patient dans son quotidien et au bien-être et savoir être des soignants dans leur environnement professionnel. Avant même que l’ARS ne développe les programmes nationaux, l’éducation thérapeutique faisait partie du parcours de soins depuis de nombreuses années dans la plupart des cliniques, preuve de leurs engagements quant au déploiement de ces missions d’éducation pour la santé.

A ce jour, plusieurs cliniques détiennent des programmes ETP validés.


Au-delà des programmes autorisés, de nombreuses démarches éducatives sont mises en oeuvre au sein des cliniques pour plusieurs thématiques comme l’allaitement maternel, le diabète gestationnel, les chutes…Toutes les actions de prévention, dépistage et de promotion de la santé font partie intégrante de nos missions afin d’aider les usagers à être acteurs et responsables de leur santé.